L'entreprise belge avait récemment pris possession de ses deux premiers avions, des Airbus A340. Totalement blancs, les deux appareils étaient arrivés début mars à Brussels Airport pour y être décorés à l'intérieur et l'extérieur aux couleurs d'Air Belgium. Une opération qui a lieu au sein des ateliers de Sabena Aerospace, qui figure parmi les actionnaires de la compagnie, selon une source proche du dossier.

L'entreprise s'attendait à ce que l'obtention de son certificat de transporteur aérien suive rapidement cette arrivée, la dernière phase du processus étant liée à de derniers contrôles techniques sur les avions.

Fin janvier, le patron de la compagnie Niky Terzakis avait annoncé que l'entreprise opérerait dès la fin mars depuis l'aéroport de Charleroi vers la Chine. Le lancement des activités ne se fera finalement qu'à la mi-avril, semble-t-il.

"Il y a effectivement du retard mais cela n'est pas aussi étonnant dans une procédure aussi complexe que celle-ci", confie un porte-parole.

Hong Kong sera la première destination desservie depuis Charleroi, avant six autres également vers la Chine d'ici à la fin juin, avait annoncé Air Belgium fin janvier. Pour ce faire, la compagnie opérera ses vols avec quatre avions dans un premier temps et ambitionne d'atteindre 500.000 passagers transportés par an. Elle n'exclut pas ensuite de se tourner vers l'Amérique du Nord et du Sud.

Air Belgium disposera d'un capital de départ de 20 millions d'euros, répartis entre des actionnaires majoritaires européens et des actionnaires minoritaires asiatiques. Du côté belge, outre Sabena Aerospace, on y retrouve également Niky Terzakis et les sociétés d'investissement fédérale SFPI et wallonne SRIW.