L'entreprise fait désormais concurrence à Worldline, qui jusqu'à présent était en charge de la majorité des transactions.

"Les commerçants ne devront pas payer de frais d'abonnement chez nous", explique CCV. Quant aux coûts de transaction, ils seront supprimés pour les transactions inférieures à 5 euros pour les commerçants qui traitent souvent ces petits montants, explique CCV.

Jusque 2013, Wordline jouissait d'un monopole total dans le traitement des transactions électroniques. Depuis, le marché s'est ouvert et aujourd'hui, 10 entreprises se le partagent.

CCV détient déjà 20% des terminaux en Belgique.

"La concurrence ne peut qu'améliorer la qualité et le service des payements électroniques", estime CCV.