Cette offre devrait entraîner la création estimée de plus de 1.800 nouveaux emplois en Belgique, a précisé le consortium dans un communiqué, confirmant un chiffre déjà annoncé.

Elle se fera via un renforcement par les partenaires du consortium Eurofighter (le groupe britannique de défense et de sécurité BAE Systems, Airbus Defence & Space, l'italien Leonardo et le missilier européen MBDA) de 40.000 emplois actuels à travers la chaîne d'approvisionnement belge et au sein de l'économie plus largement et permettra "un positionnement de l'industrie belge comme un acteur clé du futur secteur aérospatial et de défense européen grâce à la participation au programme Eurofighter", souligne le texte.

"Notre proposition contient bien plus qu'un simple soutien et une garantie de croissance pour le secteur belge de l'aérospatial et de la défense. Elle représente pour la Belgique une magnifique occasion d'avoir véritablement voix au chapitre et de participer activement au développement futur de l'Eurofighter. À terme, cette participation lui ouvrira également les portes des autres programmes d'avions de combat de prochaine génération en Europe, aux côtés des principales entreprises aérospatiales et de défense du continent", a expliqué le directeur de la campagne de promotion du Typhoon en Belgique pour BAE Systems, Anthony Gregory, cité par le communiqué.

La communication de ces nouveaux détails intervient à la suite de la signature, le 26 octobre, d'un accord visant à soutenir l'établissement de deux centres nationaux d'innovation en Belgique, l'un en Flandre et l'autre en Wallonie. Par cet accord, les entreprises partenaires du programme Eurofighter issues d'Espagne, d'Allemagne, d'Italie et du Royaume-Uni s'engagent à appuyer la création de ces deux centres dans le cas où l'Eurofighter remporterait l'appel d'offres.

Afin d'honorer son engagement, le consortium Eurofighter promet d'offrir à la Belgique une place au sein du plus vaste programme de défense européen qui ait jamais existé, en lui octroyant la possibilité de contribuer à définir les orientations futures et d'investir dans la recherche et le développement, de façon à garantir le "renforcement de ses capacités sur une base permanente dans les secteurs de la défense et de la construction aérospatiale grâce à des matériaux et des technologies de pointe".

"La Belgique verra ainsi son rôle renforcé au sein de la base technologique et industrielle européenne pour contribuer aux plateformes militaires de prochaine génération", souligne Eurofighter.

Le consortium s'engage encore à fournir à l'industrie belge les moyens de soutenir et de tirer profit des emplois hautement qualifiés existants.

"Cette offre cible plus précisément les travaux de recherche et de développement en matière de matériaux de pointe et de fabrication, qui, grâce à la mise en commun des efforts de financement, renforceront les perspectives mondiales des entreprises aéronautiques et autres entreprises des secteurs connexes. À partir de l'expérience passée, il est possible d'espérer voir ces initiatives dégager un rendement de 15 à 20% sur chaque euro dépensé dans les secteurs de pointe de l'économie", conclut le texte.