L'investissement concerne une nouvelle unité de production de polypropylène à haute valeur ajoutée, qui entre dans la fabrication des pare-chocs de voitures, un atelier de fabrication de catalyseurs et une unité de recyclage de polystyrène. La construction d'un atelier de fabrication de catalyseurs est une première pour Total, qui sous-traitait cette activité jusqu'à présent, a confié au quotidien économique Bernard Pinatel, directeur général de la branche Raffinage-Chimie.

L'investissement permettra de créer sept emplois sur le site qui compte 850 travailleurs, rappelle L'Echo. Mais parallèlement, Total va fermer une vieille unité de fabrication de polypropylène de commodités. L'arrêt de la ligne sera échelonné d'ici 2021. Septante emplois seront supprimés via des départs à la retraite, des départs volontaires ou encore la non-reconduction des contrats temporaires, selon l'entreprise.