Au bloc opératoire des Cliniques universitaires Saint-Luc, les lits défilent à une cadence impressionnante. En arrivant au sas d'entrée, le code-barre imprimé sur le bracelet du patient est soigneusement scanné par le personnel médical. Pas de place à l'erreur : il s'agit d'aiguiller le malade ou le blessé vers la bonne salle d'opération, où l'attend l'équipe en charge de l'intervention. Cette technologie relativement basique d'identification est une nécessité pour une institution comme Saint-Luc, où plus de 20.000 interventions chirurgicales sont réalisées par an (chiffres 2015). Elle représente aussi les prémices d'une véritable révolution, en passe de bouleverser le fonctionnement des hôpitaux.
...