Au total, 53,2% des 1,37 milliard de Chinois sont désormais considérés comme des internautes, a indiqué dimanche dans un communiqué le Centre d'information sur l'internet (CNNIC), un organisme gouvernemental.

La Chine a ainsi gagné 43 millions d'utilisateurs d'internet en un an (+6,2%), a précisé le CNNIC -- soit presque autant que la population de l'Espagne.

Pékin bloque l'accès depuis la Chine à de nombreux sites internet étrangers: Facebook, Instagram, Google, YouTube, Dailymotion, Twitter ou encore des sites d'information. Les contenus publiés par les médias chinois et sur les réseaux sociaux locaux sont par ailleurs très étroitement surveillés. La rapidité de diffusion, le volume des informations et l'utilisation de logiciels permettent cependant parfois de devancer ou contourner la censure.

Pour autant, la Chine mise sur l'internet, les start-ups innovantes et l'explosion des ventes en ligne pour dynamiser le modèle de croissance économique du pays, dont les moteurs traditionnels (exportations, industries lourdes, production manufacturière) s'essoufflent. Pékin a lancé un ambitieux plan ("Internet plus") pour stimuler l'usage du web et l'essor des nouvelles technologies.

Illustration avec les paiements en ligne via smartphone: leur nombre d'utilisateurs a explosé en 2016 (+31,2%). Ces systèmes novateurs (WeChat Pay, Alipay, etc.) quasi-inconnus en Occident, s'imposent désormais partout en Chine et permettent de régler en quelques secondes un achat: des courses au supermarché, un billet de cinéma, un repas au restaurant, une facture d'électricité ou encore un voyage en taxi.

Au total, 67,5% des internautes chinois (469 millions) ont effectué un achat en ligne à l'aide de leur téléphone portable l'an passé, contre 57,7% en 2015, selon le CNNIC.