Quelque 5,9 milliards de dollars ont été investis dans des start-up lors du premier semestre 2016 et 6,2 lors du second, l'écosystème restant "solide", après une année record en 2015 (12,9 milliards de dollars), relève l'étude.

Le rapport souligne "le volume croissant des opérations plus petites", inférieures à 30 millions d'euros, compensant la baisse d'opérations plus significatives.

Ainsi, 701 opérations comprises entre 1 et 5 millions d'euros ont été effectuées, contre 72 opérations supérieures à 30 millions d'euros.

Les dynamiques régionales sont plutôt nuancées, l'Espagne et le Portugal connaissant une "forte activité" quand les pays du Nord ralentissent et la Grande-Bretagne progresse.

Mais c'est la France qui tire son épingle du jeu, les capitaux levés y ayant bondi de 22% par rapport à l'année dernière, à 2,7 milliards de dollars, un "record" selon l'étude. Ce montant est d'ailleurs deux fois supérieur à celui de l'année 2014.

Cette croissance a notamment été tirée par les investissements réalisés dans les sociétés OVH (hébergeur), Sigfox (objets connectés) et Devialet (technologies du son), présentes dans le top cinq des fonds levés en Europe.

Concernant les secteurs d'activité, "les investissements dans les start-up de l'information et des télécommunications ont totalisé 9 milliards d'euros, soit trois quarts des investissements dans l'innovation en Europe", note encore l'étude.

Cité dans le rapport, Thibaut Revel, de Clipperton, souligne "l'appétit grandissant" des sociétés de private equity pour le secteur de la technologie, comme KKR, TowerBrook ou encore BridgePoint.