Retrouvez chaque jour sur le site de Trends-Tendances le portrait d'un des 10 nominés au titre de Manager de l'Année 2017

L'évolution d'une des plus vieilles vénérables sucreries d'Europe a tout d'un cas d'école. Et à la manoeuvre, il y a un capitaine à bord depuis 1994, Ignace Couplet, issu d'une famille qui, depuis cinq générations, est active dans le domaine sucrier. Mais entre l'aïeul, Dominique Couplet, qui en 1847 se lance dans la fabrication de sucre cristallisé près de Lille, et Ignace, issu de la cinquième génération, beaucoup de chemin a été parcouru.

Ignace Couplet n'a pas immédiatement pris la direction de la sucrerie toujours située à son emplacement d'origine, à Wez. Son diplôme d'ingénieur civil (UCL) en poche et ses obligations militaires accomplies, il a d'abord travaillé sept ans chez Provital, un projet commun avec la famille Crahay (tiens, un autre nominé Manager de l'Année ! ) destiné à extraire les protéines et l'amidon des petits pois.

Il reprend toutefois la direction de la sucrerie familiale en 1994 et c'est lui qui est donc à la manoeuvre des grands développements de ces deux dernières décennies. En 20 ans, la sucrerie tournaisienne est en effet devenue un leader mondial dans certains sucres de spécialité, et plus spécialement le sucre perlé (on trouve du sucre perlé Couplet dans trois gaufres de Liège sur quatre). Elle exporte désormais dans une quarantaine de pays. Elle a abandonné au passage la production de sucre cristallisé de base (un marché qui est devenu très concurrentiel avec l'abandon des quotas sucriers en octobre), en vendant dès 2010 les 16 % qu'elle détenait dans le consortium Iscal Sugars. Une cession qui l'a aidée à financer le vaste plan d'investissement (40 millions d'euros) qu'elle a lancé en 2011 et qui se terminera l'an prochain.

Partager

"Un bon manager doit faire rêver. Il doit donner aux autres l'envie d'entreprendre."

" Un investissement très important au vu de notre taille et qui poursuit trois objectifs, résume Ignace Couplet. D'abord développer notre gamme de produits et étendre notre capacité de production (nous produisons 25.000 tonnes, notre ambition est de réaliser une croissance de 50 % dans les cinq ans), de poursuivre notre expansion géographique (les sucres Couplet sont commercialisés dans près de 40 pays, jusqu'au Japon) et de renforcer notre support aux clients. " Un maître pâtissier, qui travaille sur de nouvelles applications et aide les clients à développer leurs produits, a été embauché. Et le nom de l'entreprise vient de changer. Ne dite plus Sucrerie Couplet, mais Couplet Sugars.

Des évolutions nécessaires car le marché devient plus concurrentiel : secoués par l'abandon des quotas, de grands sucriers comme les Raffineries Tirlemontoises se tournent vers des produits qui offrent davantage de marge et se lancent eux aussi dans des sucres de spécialité. " Face à cette concurrence, notre force réside dans notre souplesse et notre rapidité de réaction ", estime Ignace Couplet. Et sans doute aussi dans la vision de son manager.

Pourquoi le jury l'a-t-il choisi ?

Le jury a été séduit par sa capacité à développer, essentiellement sur fonds propres, une entreprise familiale dans un secteur traditionnel. Un développement réussi grâce à une focalisation sur des produits de spécialité, un effort à l'exportation, une automatisation complète de la production et un personnel polyvalent, qualifié et motivé.

Le fait marquant de 2017

"C'est d'avoir poursuivi notre plan d'investissement (40 millions d'euros sur huit ans, de 2011 à 2018), dans un environnement devenu plus concurrentiel et plus volatil en raison de la fin des quotas sucriers", explique Ignace Couplet.

La réalisation dont il est le plus fier

"Je suis fier de deux choses. D'abord, la croissance que nous avons réalisée", dit-il. L'entreprise affiche un chiffre d'affaires de 25 millions, un bénéfice de 0,8 million en 2016 et emploie 65 personnes, le double d'il y a 15 ans. "Ensuite, de la mise en place d'un management plus participatif", ajoute le patron.

Le défi qui l'attend en 2018

"Notre grand défi, maintenant que nous avons réalisé une grande partie de nos investissements, sera de remplir ces nouvelles lignes de production et d'être 'sur la balle' par rapport aux demandes de nos clients, déclare Ignace Couplet. Notre ambition est d'augmenter de 50 % notre volume de production d'ici cinq ans."

Un bon manager de l'année, selon lui

"Etre un bon manager suppose d'abord de savoir s'entourer de meilleurs que soi, estime le CEO. Nous travaillons ainsi beaucoup avec des consultants extérieurs. Cela suppose aussi de pouvoir libérer les intuitions et la créativité des équipes. Pour cela, nous mettons en place, et c'est encore en cours, un management davantage participatif. Il y a forcément davantage dans 65 têtes que dans une seule."