L'âge légal de la pension dans la plupart des pays de l'OCDE est compris entre 65 et 67 ans. Toutefois, l'âge auquel les travailleurs arrêtent vraiment leurs activités varie beaucoup d'un Etat à l'autre.

Les Allemands, les Néerlandais et les Britanniques travaillent par exemple plus longtemps que les Belges, les Français ou les Luxembourgeois.

L'âge moyen auquel les hommes cessent de travailler dans l'OCDE est de 65 ans, tandis qu'il s'établit à 63 ans pour les femmes. Dans certains pays, comme la Corée du Sud, le Japon, le Mexique ou encore le Chili, les hommes sont cependant actifs en moyenne jusqu'à leurs 70 ans.

Que les Belges partent relativement tôt à la retraite signifie aussi qu'ils vivent plus longtemps sur leur pension. Les femmes dépendent ainsi plus de 26 ans de ce revenu, et ne sont devancées que par les Françaises (27,6 ans). Pour les hommes, la moyenne est de 21,3 ans, à la cinquième place. La moyenne dans l'OCDE est de 22 ans pour les hommes et 18 pour les femmes, soit plus que les 15 et 11 ans de 1970.

Le ministre Daniel Bacquelaine voit dans ce rapport un encouragement à poursuivre les réformes. "Depuis 2014, nous avons modifié les conditions pour partir à la pension anticipée, nous permettons aux pensionnés de travailler librement après leur retraite et nous avons supprimé la bonification pour diplôme pour la pension anticipée. L'âge légal de la pension a été augmenté à 66 ans en 2025 et à 67 ans en 2030", rappelle-t-il.

L'impact de la réforme des pensions est déjà perceptible, note-t-il. "Je constate une évolution positive de l'âge moyen du départ à la retraite en Belgique entre 2014 et 2016 sur base des chiffres de l'OCDE, pour les hommes de 59,9 ans en 2014 à 61,3 ans en 2016 et pour les femmes de 59,2 ans en 2014 à 59,7 ans en 2016".