"La réforme engagée par le gouvernement n'est pas la seule possible, mais elle répond à la double exigence de pérennité et de transparence. Le système à points, en vigueur dans les pays scandinaves, permet de tenir compte des années travaillées et des cotisations versées. Il garantit une liaison à l'indice des prix, mais aussi à l'évolution des salaires. Il permet des formules nouvelles en fin de carrière, notamment la pension à mi-temps. Il transcende les statuts d'indépendant, de salarié ou de fonctionnaire pour assurer à chacun une pension conforme à sa carrière", commente l'UCM. L'UCM demande la poursuite de la concertation, en particulier sur les mécanismes correctifs qui permettent de tenir compte des carrières longues et pénibles. Enfin, l'UCM regrette "que les syndicats fassent circuler, à propos de la réforme des pensions, des rumeurs et des informations approximatives" et sèment l'inquiétude.