Laffer arrache alors un coin de la nappe en papier et dessine une courbe en cloche pour expliquer le rendement de l'impôt. La première partie de la cloche montre que lorsque l'impôt progresse, les montants récoltés par le trésor public progressent aussi. Et puis, arrivé à un taux de taxation d'environ 50 %, le phénomène s'inverse : plus le taux progresse, plus les recettes fiscales diminuent, au point d'être inexistantes lorsque le taux d'imposition est de 100 %. Finalement, que le taux d'imposition soit de 0 % ou de 100 %, le résultat pour les recettes de l'Etat est similaire.
...