"M. le Président (Donald Trump) s'est dit préoccupé par le possible arrêt du transit à travers l'Ukraine. J'ai assuré à Monsieur le Président que la Russie était prête à maintenir ce transit", a déclaré Vladimir Poutine au cours d'une conférence de presse à l'issue de ses pourparlers avec Donald Trump.

"En outre, nous sommes prêts à prolonger le contrat de transit, qui expire l'année prochaine, si le litige entre les entités commerciales est réglé par la Cour d'arbitrage de Stockholm", a-t-il ajouté.

M. Poutine a par ailleurs proposé à Donald Trump de travailler ensemble à la régulation des marchés du pétrole et du gaz de schiste.

"Nous pourrions travailler de manière constructive pour réguler les marchés internationaux, car nous ne sommes pas intéressés par une baisse extrême des prix", a déclaré Vladimir Poutine au sujet du pétrole et du gaz de schiste.

Les groupes gaziers ukrainien et russe Naftogaz et Gazprom s'affrontent depuis des années devant des tribunaux internationaux, et notamment une cour d'arbitrage suédoise, entre autres au sujet des prix du transit.

Voulant éviter de nouvelles "guerres du gaz", l'UE a convié Russes et Ukrainiens à Berlin mardi dans l'espoir qu'ils puissent s'entendre sur l'avenir du transit russe pour l'Europe via l'Ukraine, le contrat actuel expirant fin 2019.

Si Gazprom a déjà considérablement réduit les volumes de gaz transitant par l'Ukraine - à couteaux tirés avec la Russie depuis l'annexion de la Crimée en 2014 et le conflit dans l'est de l'Ukraine -, il veut les réduire davantage grâce à ses projets de gazoducs qui la contournent.

Nord Stream 2, que ce groupe gazier espère mettre en service d'ici à fin 2019, doit permettre d'envoyer davantage de gaz russe directement en Allemagne via la mer Baltique.