"Nous entretenons des relations commerciales exceptionnelles avec le Canada. Nous allons les ajuster. Nous ferons certaines choses qui bénéficieront à nos deux pays", a déclaré M. Trump lors d'une conférence de presse conjointe à la Maison Blanche avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Nos deux pays sont plus forts quand nous unissons nos forces en matière de commerce international", a ajouté le président américain, saluant la perspective de "construire encore plus de ponts" commerciaux avec le Canada.

Ces propos semblent atténuer --tout au moins avec le Canada-- la rhétorique anti-libre échange développée par le milliardaire républicain, qui a promis de placer "l'Amérique d'abord" et de remettre en cause l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) --entre les États-Unis, le Canada et le Mexique-- qu'il considère comme une "catastrophe" pour les emplois américains.

La situation avec la Canada "est beaucoup moins grave que ce qui se passe à la frontière sud", a lancé Donald Trump, évoquant le Mexique.

"A la frontière sud, depuis de nombreuses, nombreuses années, les échanges ne sont pas équitables pour les États-Unis. Ce sont des échanges extrêmement injustes", a-t-il ajouté.

La renégociation de l'Aléna promet toutefois d'être très complexe et Justin Trudeau, fervent partisan du libre-échange, a souligné l'importance de cet accord tripartite pour l'économie du Canada et a mis en garde contre le protectionnisme.

Les liens économiques entre les États-Unis et leur voisin du Nord, qui partagent la plus longue frontière commune au monde, sont profonds: les trois-quarts des exportations du Canada vont aux Etats-Unis et le Canada est la première destination des exportations d'une trentaine d'Etats américains.

Les deux nations "resteront toujours le partenaire le plus important de l'autre", a souligné M. Trudeau.

"Les discussions d'aujourd'hui ont contribué à renforcer l'importance (de ce lien) pour les Canadiens et les Américains", a-t-il ajouté.