La majorité d'entre nous a appris à connaître Mark Ronson grâce à l'inattendu 'Uptown Funk' concocté avec Bruno Mars. Mais avant cela, il avait déjà travaillé avec pas mal d'artistes majeurs. Il a ainsi côtoyé en studio Robbie Williams, Lily Allen, Amy Winehouse et Kaiser Chief notamment, pour produire leurs chansons.

"Lorsque vous sortez de nouveaux albums et que vous faites pas mal de séances photos pour les magazines, automatiquement vous vous mettez à faire davantage attention à ce que vous portez. Avant cela, je passais mon temps en studio. Je ne sais pas si j'étais épouvantablement mal habillé, mais c'était beaucoup de jeans et de T-shirts, I guess."

Partager

Lorsque vous sortez de nouveaux albums et que vous faites pas mal de séances photos pour les magazines, automatiquement vous vous mettez à faire davantage attention à ce que vous portez.

En bref, ce sens du style quasi infaillible qui fait la réputation de Ronson aujourd'hui, il ne l'a pas toujours maîtrisé. Pourtant, bien des articles et des analyses ont été écrits sur la manière dont l'artiste choisit à tous les coups les vêtements adéquats dans son armoire.

D'ailleurs, une recherche sur internet concernant le producteur mondialement connu affiche invariablement Ronson vêtu d'un costume, les cheveux soigneusement peignés en arrière. Il a su créer un look signature jamais répétitif, ni dénué d'inspiration.

Nous nous entretenons avec Ronson - cette fois habillé d'une chemise avec une impression de tigre et un chino bleu foncé - sur le toit d'une luxueuse villa à Ibiza. Il y règne une chaleur moite et le soleil darde ses rayons sans pitié. Il y séjourne dans le cadre d'une collaboration avec la marque automobile Lexus. Ils présentent leurs nouvelles voitures sur l'île espagnole et ils ont choisi Ronson comme ambassadeur. "Je ne fais rien pour l'argent", dit-il à ce propos. "C'est parce qu'ils continuent à souligner leur attention pour les détails, que j'ai été convaincu."

C'est ce qu'il estime également comme le plus important dans la réalisation musicale. "Je suis très méticuleux dans certains domaines. Ma chambre à coucher a beau être en pagaille, je sais précisément où chaque chose se trouve. Sur le plan musical, c'est exactement la même chose. Chaque couche d'un morceau doit être impeccable. Et oui, j'en tiens aussi compte dans la manière de me vêtir."

Partager

Prenez l'exemple des disques de jazz des années quarante et cinquante. A l'époque, les artistes s'habillaient encore pour se rendre au studio. Cela montre que vous prenez ce que vous faites au sérieux.

Le style, pour Ronson, c'est bien plus que la combinaison de la chemise adéquate avec le bon pantalon. "C'est tellement plus que ce que vous portez. Prenez l'exemple des disques de jazz des années quarante et cinquante. Les artistes s'habillaient alors encore pour se rendre au studio. Cela montre que vous prenez ce que vous faites au sérieux. Cette manière de penser m'a conduit à davantage prêter attention aux vêtements que je porte.'

Mais comme tout, la manière dont je m'habille évolue aussi en permanence. Vous ajoutez des nouveaux éléments à votre garde-robe et vous en retirez des anciens. "Ceci est tout aussi important, car vous ne voulez pas continuer à faire la même chose pour le restant de votre vie", nous confie Ronson. "Pour moi, le style c'est comme la musique: vous vous faites influencer par les choses que vous aimez et qui vous forment, mais vous avez tout de même l'espoir de les combiner d'une manière qui soit fraîche et unique."

Le talent est style

Cette inspiration, Ronson est d'abord allé la chercher chez ses idoles de jeunesse. "Quand vous êtes jeune, vous avez vos héros, mais ensuite, vous développez votre propre sens du style. Les personnes dont j'admire le style ont toujours quelque chose d'autre que j'apprécie en elles. C'est le talent, qui crée l'attirance ou l'impression de beauté d'une personne."

Ainsi, il y a dix ans, Ronson admirait Alain Delon et Bob Dylan. "Et vous avez des personnes comme Josh Homme de Queens of the stone age qui ont toujours l'air fucking cool."

Ensuite, Ronson interrompt brièvement l'interview. 'Sorry, mais quelqu'un peut-il mettre la musique un peu moins fort ? J'aime tellement ce morceau et je ne peux que difficilement me concentrer, voyez-vous. Je commence immédiatement à tout analyser. La guitare basse, etc. C'est vraiment un bon morceau, je vous assure.'

Pour ceux qui en doutaient encore: Ronson a beau être régulièrement élevé au rang d'icône du style, la passion de l'artiste se situe bel et bien dans la musique. "Ce n'est que lors du premier shoot du magazine américain pour hommes GQ que j'ai davantage été sensible à la manière dont je m'habillais. Là, j'ai vraiment été impressionné."

Mark Ronson, producteur du 'Uptown Funk': 'Il y a une incroyable beauté à se voir s'améliorer'

© Lexus

Mais Ronson nuance aussitôt: "Un album n'existe également véritablement que lorsque vous avez un concept visuel pour renforcer la musique. Lorsque vous vous trouvez avec neuf personnes sur un podium, vous désirez quelque peu réfléchir à quoi devra ressembler l'ensemble et sur ce que chacun portera. Il doit il y avoir de la cohésion. Vous ne voulez pas, vous savez bien, que cela soit random.'

Précisément parce que l'artiste a tellement réfléchi à ce qu'il allait porter, il ne lui est pas difficile de revenir sur l'évolution de son style. "Ce n'est pas que je sois aussi aventureux que Kanye West, en la matière', dit-il en souriant. 'Je vois constamment des vêtements qui ont l'air géniaux quand on les voit présentés en magasin: Yohji Yamamoto, Rik Owens, les designers belges. Je les aime, mais quand je les porte, ils paraissent épouvantables."

"Mais j'estime aussi qu'il y a de l'art dans un beau vêtement. C'est OK de voir un vêtement pendre et de le trouver magnifique sans le porter réellement. A ce point dans ma vie, je suis peut-être un peu plus pragmatique sur ce que je mets pour sortir. Je prends moins de risques."

Partager

C'est OK de voir un vêtement pendre et de le trouver magnifique sans le porter réellement.

Ensuite, à nouveau une référence à la musique: "C'est comme si j'entendais à nouveau une chanson que j'ai faite il y a dix ans. J'entends et je vois les erreurs. Je vois ce qui aurait pu être mieux et où se trouvent les inconsistances. Mais je peux également savourer le fait de l'avoir fait, et cela me fait chaud au coeur de me retourner sur cette naïveté de jeunesse.

Ronson s'interrompt un moment de parler et se tourne vers le port d'Ibiza, sur lequel, de la terrasse sur le toit, nous avons une vue parfaite. La musique s'est entre-temps arrêtée, seul le parasol sous lequel nous sommes assis grince sous le vent léger.

"Vous pouvez vous voir vous améliorer, vous savez. Il y a une incroyable beauté dans cela."