Les bilans comptables font état d'un total de 675 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit 9,8% de plus qu'en 2016. Le bénéfice total net a par ailleurs augmenté de 5%, à 24,2 milliards d'euros. Si les bénéfices ne suivent pas exactement la même tendance que le chiffre d'affaires, c'est en raison de la concurrence grandissante, a indiqué Tony Coenjaerts, de Trends Top. Les marges sont dès lors plus courtes.

Bonne conjoncture en Europe

Mais l'un dans l'autre, c'était une bonne année. "L'économie belge a surfé sur la vague de la bonne conjoncture en Europe et dans le monde entier", souligne-t-il. L'an dernier, la croissance économique en Belgique a été tirée en moindre mesure par le consommateur - qui a moins dépensé et plus épargné -, mais davantage par les services et l'industrie manufacturière. "L'industrie a atteint son plus haut niveau depuis 2008" grâce principalement au secteur pharmaceutique et à l'industrie alimentaire, qui, grâce aux exportations (des vaccins, de la bière, du chocolat, des produits de la pomme de terre...), ont eu le vent en poupe.

Toutefois, précise Tony Coenjaerts, la croissance économique belge est restée derrière la moyenne européenne, en raison notamment de la dette publique. "Nous devons rembourser des milliards chaque année; de l'argent qui n'est donc pas investi." Le surrèglementation pèse également sur la croissance en Belgique.

KBC Bank champion du bénéfice

Le champion absolu du bénéfice est KBC Bank, avec 2,6 milliards d'euros, soit le double de 2016. Suit BNP Paribas Fortis avec un milliard de bénéfice net. En troisième position, on retrouve KBC Groep, holding de KBC, avec près d'un milliard d'euros également. Belfius se situe aussi dans le top 10 tandis qu'ING est juste en dehors.

Toyota Motor Europe était par ailleurs la plus grosse entreprise de Belgique l'an dernier, avec un chiffre d'affaires de 25 milliards d'euros. ExxonMobil et Pfizer Innovative Supply Point International complètent le podium avec respectivement 23,8 et 20,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Colruyt, premier véritable acteur belge

Le premier "véritable" acteur belge est Colruyt, en 8e position, avec 6,6 milliards d'euros. En parallèle, la situation économique favorable a engendré un nombre record d'emplois. Néanmoins, l'écart entre l'offre et la demande sur le marché du travail rend la tâche de plus en plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel approprié. M. Coenjaerts plaide pour davantage d'apprentissage dual (école et travail).

Il souligne également le potentiel de la migration économique. Par exemple, les travailleurs étrangers sont souvent appelés à occuper des postes vacants dans le secteur des soins infirmiers. L'employeur le plus important reste HR Rail, l'entité juridique du personnel ferroviaire (SNCB et Infrabel), qui employait 30.763 personnes. Bpost suit avec 23.393 employés et Colruyt avec 16.929 travailleurs. Le distributeur basé à Halle était l'entreprise la plus florissante de 2017 du top 20: le personnel a augmenté de 441 unités.