"Oui et non. Je partage l'inquiétude de Febelfin. Mais il est simpliste de plaider d'emblée pour un renforcement des règles. Les banquiers doivent prendre leurs responsabilités et assainir la gestion de leur métier. Octroyer un crédit n'a rien de bien compliqué. Il suffit de vérifier la capacité de remboursement du client, tout en s'assurant une marge raisonnable pour couvrir les coûts et les risques et en renforçant ses fonds propres."
...