Toute personne âgée de plus de 40 ans est priée d'opter pour une autre formule chez bpost, mais moins intéressante. "Nous pouvons comprendre que des comptes spéciaux soient prévus pour des jeunes ou des enfants. Mais la limite de 40 ans ne constitue pas une raison valable pour ne pas prétendre à un tel produit", affirme le plaignant.

Unia a de son côté indiqué qu'il allait examiner la plainte et déterminer s'il est bien question d'une discrimination liée à l'âge.

Les banques peuvent légalement faire des distinctions à partir de l'âge, a expliqué une porte-parole de la fédération du secteur financier Febelfin, dans De Tijd. "Un arrêté royal sur les comptes épargne permet aux banques de lier un âge à un produit particulier. Chaque banque peut déterminer sa procédure en fonction de sa politique commerciale", selon elle. Et d'ajouter auprès de l'agence Belga qu'il y a toutefois bien une législation générale autour de la discrimination. "D'un côté, nous avons cet arrêté royal de 2013 et de l'autre la législation sur la discrimination. Il faut examiner si le produit proposé est conforme à la législation. Ce n'est pas à la Febelfin de se prononcer sur ce point."

Un porte-parole de l'entreprise postale renvoie également à l'arrêté royal. "Nous avons lancé cette formule pour aider les jeunes à épargner pour un logement. C'est tout à fait conforme à l'arrêté royal", a-t-il affirmé à Belga.

Le ministre de l'Économie et des Consommateurs, Kris Peeters, a, lui, rappelé que toute forme de discrimination était interdite par la loi, en ce compris celle liée à l'âge. "C'est un problème social sous-estimé qui risque de prendre de plus en plus de place en raison du vieillissement", selon lui.