Pour encourager la mobilité "douce", la SNCB, la STIB, le TEC et De Lijn vont proposer le 2 mars un outil commun, le Smart Mobility Planner. Il servira à trouver les meilleures combinaisons entre différents moyens de transports pour calculer le meilleur itinéraire. Il sera capable de tenir compte de l'état des réseaux en temps réel, de proposer des combinaisons, selon la demande, avec des vélos partagés. Il fonctionnera sur tous les terminaux (PC, smartphones, tablettes).

Un projet financé par le fédéral

Le service est le résultat d'un appel à projet et d'un financement fédéral. Il a débouché sur un consortium constitué des réseaux publics et d'une start-up dans les services numériques à la mobilité, nextmoov, dirigée par Thomas Hermine.

Thomas Hermine

Thomas Hermine © trends

Pour tester l'application avant sa mise en service, les partenaires lancent un appel à des "candidats ambassadeurs" (dans le monde de logiciels, on parle plutôt de bêta-testeurs). Il s'agit d'utilisateurs passionnés par la mobilité et les applications qui y sont consacrées, prêts à la tester dans trams, les bus les métros et les trains, et à fournir un feedback.

La force du temps réel

Ce type de service existe déjà d'une certaine manière chez les opérateurs. La SNCB et la STIB, par exemple, proposent des applications de calcul d'itinéraires, en intégrant l'offre de tous les réseaux publics. "La différence sera que le Smart Mobility Planner tiendra compte de la situation des véhicules de chaque réseau en temps réel" dit Thomas Hermine, fondateur de NextMoov. "Pour le moment ce n'est pas le cas des applications de chaque réseau, elles ne disposent du temps réel que pour leur propre réseau, pas celui des autres". Embarrassant pour les correspondances.

Autre différence, le Smart Mobility Planner intégrera d'autres offres de mobilité partagée à partir de mars. Il vise à devenir la plus multimodale des applications de mobilité.

www.smartmobilityplanner.be