, lorsque la firme a émis pour la première fois depuis des années un avertissement sur la marche de ses affaires : au premier trimestre 2019, ses ventes ne devraient atteindre que 84 milliards de dollars, soit 7 milliards de moins que ses prévisions. Une solide révision qui s'expliquerait, avoue Tim Cook, le patron d'Apple, par le fait que son entreprise " n'a pas prévu l'importance de la décélération économique, en particulier en Chine ". Les guerres commerciales ne sont pas bonnes pour le business. Mais plus qu'un problème conjoncturel, l'évolution des ventes d'Apple nous raconte aussi comment la principale entreprise numérique mondiale essaie de se réinventer " dans un monde qui change ".
...