Le port de Gand avait bouclé l'exercice 2016 sur un record en trafic de fret. Une tendance qui s'est poursuivie après la fusion avec Zeeland Seaports. Ensemble, les deux installations ont ainsi enregistré un trafic de 70,3 millions de tonnes par voie navigable en 2018, contre 66,6 millions de tonnes un an plus tôt. L'augmentation du transbordement de marchandises se produit dans presque tous les segments mais les ports se distinguent principalement pour le vrac. Près de la moitié du fret acheminé par voie navigable était ainsi du vrac sec, dont la part a augmenté de 4,6% pour s'établir à 32,8 millions de tonnes. Un marché de la construction solide a entraîné la gestion de davantage de sable, de gravier et de métaux de construction. Le transbordement de charbon a, lui aussi, légèrement augmenté, tout comme les produits agricoles. La direction se montre dès lors légèrement optimiste pour 2019. L'imminence du Brexit et la croissance économique en baisse l'incitent toutefois à la prudence. En outre, comme attendu, la croissance du transbordement de marchandises a légèrement diminué depuis la mi-2018.