"Après des discussions avec Airbus, Qantas a désormais formalisé sa décision de ne pas prendre les huit A380 additionnels qui avaient été commandés en 2006", a indiqué un porte-parole de la compagnie. "Ces avions n'entrent plus depuis un certain temps dans les plans de la compagnie", a-t-il ajouté en précisant que Qantas se concentrera sur la modernisation des 12 Super Jumbo qu'elle possède déjà.

Bien que largement attendue, cette décision n'en constitue pas moins un nouveau revers pour le programme de l'A380. Airbus avait réduit l'an passé la cadence de production de l'A380 en raison de la faiblesse des ventes de l'appareil. L'avionneur est ainsi passé à un exemplaire par mois en 2018 contre 27 au total en 2015. Le consortium européen avait par ailleurs annoncé la semaine dernière être en discussions avec la compagnie du Golfe Emirates à propos de sa commande de 36 A380 qui avait permis de pérenniser le programme, sans en dévoiler la nature.

L'agence américaine Bloomberg avait rapporté que ces discussions porteraient sur une transformation de la commande d'Emirates en commande d'A350, le dernier-né sur le segment long-courrier d'Airbus. Une telle perspective replongerait dans l'incertitude le programme A380, qui souffre d'un déficit de commandes. Plus grand qu'un Boeing 747, l'A380 peut transporter 575 passagers voire 850 en capacité maximum grâce aux 550 m2 de sa cabine.

Mais la taille de l'avion mis en service en 2007 est également son talon d'Achille car elle dissuade les potentielles compagnies clientes. Qantas fut en 2001 la première compagnie à signer une commande ferme d'A380, et ce pour 12 appareils. En dépit d'importants retards de production de l'avion géant, la compagnie australienne avait renouvelé sa confiance à Airbus en 2006 en commandant huit autres A380.