L'avenir est difficile à figer dans un dossier où se mêlent politique et économique, groupes de presse et syndicats, Région wallonne et télécoms, plan social et intercommunale. Pour les Editions de l'Avenir, le challenge n°1 reste toutefois la pérennité du journal. C'est d'ailleurs l'argument principal qui a été mis en avant par son conseil d'administration pour justifier, le 23 octobre dernier, le sacrifice de 60 équivalents temps plein sur un effectif d'environ 280 employés : " A l'instar de tous les autres grands quotidiens francophones, les Editions de l'Avenir se voient contraintes à leur tour de mettre en oeuvre un plan de redéploiement pour garantir leur futur ", précise ainsi le communiqué rédigé par Nethys, propriétaire du groupe de presse depuis septembre 2013.
...