"Nous pouvons tous sentir que quelque chose se prépare pour le pire (...). Tout le monde se prépare à un résultat négatif", a déclaré M. Tavares, qui est aussi patron du constructeur français PSA, appelant l'Union européenne et le Royaume-Uni "à conclure un accord".

En cas de Brexit dur, la livre sterling "s'effondrera et très probablement de nombreux constructeurs automobiles devront augmenter leurs prix pour protéger leurs marges, ce qui provoquera un effondrement du marché britannique", a affirmé M. Tavares qui présentait à Paris les prévisions de l'ACEA pour le marché automobile européen en 2019.

L'ACEA anticipe un marché plus difficile après cinq années de croissance. Il devrait être "au mieux stable" en 2019, avec "un taux de croissance de moins de 1%".

Dans ce contexte déjà délicat, un Brexit sans accord ajouterait aux soucis des constructeurs. "J'espère sincèrement que cela n'arrivera pas", a déclaré M. Tavares.