BNP Paribas Fortis, qui représente environ 25% du marché, explique cette progression des prêts hypothécaires à taux variable par des taux d'intérêt historiquement bas pour l'achat d'un logement en Belgique. Pour les prêts à taux variable, le taux d'intérêt est par ailleurs plus avantageux en début de remboursement et ne peut que doubler au maximum.

Parmi les formules de crédits hypothécaires, le prêt à taux fixe sur 16 à 20 ans a représenté 22% du total en 2018, devant le prêt à taux variable sur 5 ans (18%).

En 2019, la banque s'attend toutefois à une remontée des taux d'emprunt "à un rythme très lent" ainsi qu'à une pression à la hausse sur les prix de l'immobilier. "Les taux d'intérêt ont atteint un plancher depuis quelques années", confirme Sébastien Degand, responsable des crédits hypothécaires. "Si cette reprise survient, elle devrait être modérée, soit entre 20 et 50 points de base pour les taux à 10 ans."

BNP Paribas Fortis a également constaté l'année dernière une nouvelle hausse du nombre de crédits accordés aux personnes de plus de 55 ans. "Cela peut s'expliquer par leur désintéressement pour des placements qui ne rapportent pas assez, ils se tournent alors vers la brique", ajoute Sébastien Degand. Les "baby boomers" représentent 10% des crédits de la banque en 2018, contre 25% pour les moins de 30 ans.

Le marché hypothécaire belge a battu son record pour la cinquième année consécutive en 2018 avec plus de 34 milliards de prêts immobiliers (hors refinancements), soit une hausse de 9,5% en un an, selon l'Union professionnelle du crédit (UPC). Le nombre de transactions immobilières a lui grimpé de 4,5% pour atteindre 341.170 unités.