Le rejet par les députés britanniques de l'accord de Brexit négocié par Theresa May, la Première ministre, a été perçu comme une victoire des partis populistes ou souverainistes. Mais avec le recul, c'est plutôt leur échec qu'il met en lumière. Car la leçon à retenir de ce rejet, c'est qu'un " petit " pays comme le Royaume-Uni ne peut pas faire cavalier seul. Ni lui aujourd'hui, ni la Grèce hier, ni l'Italie ou la Hongrie demain.
...