On comprend la posture politique : ne pas acter l'échec d'un choix de coalition si près de l'échéance, alors que des résultats économiques prometteurs se concrétisent, comme l'ont montré plusieurs études récentes sur l'évolution du pouvoir d'achat. Mais quelle déchéance pour un Premier ministre que de devoir désormais quémander supports et abstentions afin de faire passer encore quelques projets. Avec chaque fois une monnaie d'échange à offrir évidemment.
...