"Je suis content que les négociations se poursuivent. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire", a-t-il déclaré sur la chaîne CNBC alors que l'échéance s'approche.

"Le président (Donald Trump) a été clair qu'il espérait que nous ayons un accord avant la date limite et avant que les taxes douanières (sur 200 milliards d'importations chinoises) ne doublent", a-t-il ajouté.

Le président américain et son homologue chinois se sont donnés jusqu'au 1er mars pour tenter de nouer un accord commercial.

Kevin Hassett a reconnu qu'il fallait attendre de voir l'évolution des discussions, alors que le négociateur en chef américain, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, doivent se rendre prochainement en Chine pour poursuivre les négociations après les pourparlers qui se sont tenus la semaine dernière à Washington.

"Nous sommes vraiment très impatients d'améliorer notre relation avec la Chine", a-t-il dit, soulignant qu'il s'agissait de se projeter dans des relations "à long terme".

Il a par ailleurs estimé que la guerre commerciale n'avait pas pour l'heure affecté l'économie américaine.

S'agissant de l'impact de la fermeture partielle des administrations américaines ("shutdown") pendant plus d'un mois entre fin décembre et janvier, qui a temporairement privé de salaires plus de 800.000 fonctionnaires, le conseiller de Donald Trump a indiqué que l'administration américaine s'attendait que les effets négatifs soient compensés "le mois prochain".

"Je pense que les effets négatifs dont nous parlons seront difficiles à voir dans les chiffres. Je pense que le (la croissance du) premier trimestre sera très largement au-dessus des 2%", a-t-il également déclaré, alors que l'administration Trump ambitionne de maintenir la croissance au-dessus de la barre des 3%, et ce durablement.