Après la remise dimanche soir à la Maison Blanche d'un rapport sur l'industrie automobile, le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas a promis une riposte "rapide et adaptée (...) si ce rapport se traduisait par des mesures préjudiciables aux exportations européennes".

"Nous sommes engagés à mettre en oeuvre la déclaration conjointe de juillet passé", par laquelle le président américain, Donald Trump, et celui de la Commission, Jean-Claude Juncker, avaient convenu de matérialiser par un accord le principe d'une entente commerciale.

Cette annonce avait permis d'ouvrir une trêve dans les tensions entre les deux parties, au moment où M. Trump menaçait de taxer lourdement l'industrie automobile européenne. Cette trêve semble désormais menacée.

Après avoir reçu ce nouveau rapport sur l'industrie automobile, le président Trump dispose en effet de 90 jours pour prendre la décision d'imposer ou non des taxes supplémentaires sur les importations de voitures et d'équipements.