Tout le monde va commenter aujourd'hui les résultats des élections à mi-mandat aux Etats-Unis. Mais comme le fait remarquer avec justesse Le Figaro, au final, peu importe ce qui sera dit, une chose est certaine : Donald Trump va se présenter devant les électeurs pour un deuxième mandat ! Mais comment peut-on être aussi sûr de soi et dire cela ?

Simple, parce que l'histoire l'a déjà montré : un échec aux élections de mi-mandat n'a jamais empêché un président de se représenter.

C'était le cas avec Ronald Reagan en 1982, c'était le cas avec Bill Clinton en 1994 et c'était encore le cas avec Barack Obama en 2010.

Tous les trois ont connu une sévère défaite à mi-parcours mais tous les trois ont été réélus deux ans plus tard, comme le confirme Le Figaro.

Evidemment, cela ne fera pas l'affaire de ceux et celles qui détestent Donald Trump. Mais au-delà de l'histoire qui peut se répéter, Trump a lui-même dit à plusieurs reprises qu'il allait se représenter.

D'abord, parce que quand il parle de sa présidence, il parle souvent de ses 8 ans au pouvoir. C'est clair, au moins, il ne cache pas ses intentions.

Mais il a également déjà précisé que si les Républicains perdaient les élections de mi-mandat, il ne s'en sentirait pas responsable. Donald Trump estime qu'il a fait tout ce qu'il pouvait et si les Républicains "gâchent tout, ce n'est pas ma faute" a-t-il même précisé.

En fait, Trump est un malin, il s'arrange toujours pour dire que ce n'est jamais sa faute. Quand l'économie va bien, comme c'est le cas aujourd'hui, il s'en attribue la paternité, quand la Bourse est en fête, forcément, c'est grâce à lui.

Partager

Si l'économie américaine ne dérape pas d'ici 2 ans, Donald Trump a de bonnes chances d'être réélu.

En revanche, dès qu'il y a des remous en Bourse, il a déjà un bouc émissaire tout trouvé, c'est le président de la banque centrale américaine qu'il accuse d'avoir augmenté trop tôt et trop vite les taux d'intérêt. Donald Trump oublie juste de dire que si les taux augmentent c'est à cause de sa politique économique.

Bref, dans l'esprit de Trump, les gains sont pour lui et les pertes pour les autres.

D'ailleurs, il y a un autre signe qui ne trompe et que rappelle aussi Le Figaro, c'est qu'il a déjà amassé un beau pactole pour préparer les prochaines élections.

Donald Trump a en effet déjà récolté 106 millions de dollars pour sa prochaine campagne présidentielle. George Bush ou Barack Obama, lorsqu'ils étaient à la Maison Blanche n'avaient récolté - à la même époque - que 3 ou 4 millions de dollars !

Alors, pourquoi cette différence de montant ? Parce que ces anciens présidents voulaient montrer qu'ils géraient le pays et n'étaient pas en campagne permanente. Donald Trump, lui, s'en fiche et ne s'embarrasse pas de ce genre de faux-semblant, il récolte déjà des fonds pour sa prochaine présidentielle.

Et donc, après les commentaires des jours qui viennent, la vraie question pour les Démocrates, c'est qui mettre en face de lui dans 2 ans ?

Pour le moment, aucune personnalité ne ressort du lot et les quelques noms qui ont déjà été avancés ne font pas le poids face au Bulldozer Trump.

Et donc, oui, si l'économie américaine ne dérape pas d'ici 2 ans, Donald Trump a de bonnes chances d'être réélu.